Lapidaire 17

de
Roland HALBERT

Illustrations :
Thomassin Philippe

• ISBN : 2-910957-81-0

• parution : octobre 2003

• format : 25 x 25

• pages : 104

• illustration : photographies en bichromie de Philippe Thomassin

Prix : 29.00 euros

“On a besoin de se refaire aux primitivités” dit avec raison Saint-Pol-Roux. Les mégalithes ne sont pas des curiosités exotiques. Ils se moquent des modes, des rides, des interprétations ; les dates les laissent de marbre. D’un bond, ils se dressent, coupent la parole au poète, volent les appareils photo, et se mettent à marcher comme une horde de primitifs raffinés lapidant nos images. Les menhirs ne supportent que le fragment suspendu, le regard décanté, le lyrisme abrupt du noir et blanc. Celui qui les touche de sa paume verbale ou plastique saisit à quel point on avait oublié leur énergie tacite. D’où ce lapidaire qui prend les pierres dans sa bouche pour les restituer au fil d’une brève légende réinventée, puis à travers la mémoire affleurante des poètes du minéral scandée par les alignements sonores du nom des sites, enfin dans l’éclat ryhmique d’une poignée de syllabes. Et le 17 est le chiffre clef qui ouvre ce recueil à lire “non pas longtemps, mais souvent” (Max Jacob). Aux primitivités, se frotter, se refaire, entre terre et ciel.