Vade retro Corona !

de
Jean-Pierre Gandebeuf

Illustrations :
Blanc Alain
(acryliques)

Parution en juin 2020

• Pages : 110
• Format : 21 X 15 cm
• ISBN 978-2-35128-179-6

Prix : 9.00 euros

36 dessins à l’acrylique d’Alain Blanc



ICI PARMI CES PAGES PANDÉMIQUES SE DÉPLOIENT LES EXERCICES QUOTIDIENS OU PRESQUE DE JEAN-PIERRE GANDEBEUF, LE MAÎTRE DU GRAND ÉCART, L’ACROBATE DES PHRASES SAUGRENUES, LE FUNAMBULE SANS ÂGE ET SANS FILET.

GANDEBEUF — POUR REPRENDRE BOILEAU DE TRAVERS — UN SI PEU PONDÉRÉ CONFIDENT, UN CONSEILLER TRÈS INSENSÉ PAR TEMPS DE PRUDENCE…

VADE RETRO CORONA !, C’EST UNE RÉSISTANCE DE 55 JOURS PAR TRAITS ET PAR MOTS, C’EST UN PEU LE COVID-19 COMME SI VOUS N’Y ÉTIEZ PAS.


Vade Retro Corona

Aviez-vous prévu quelque chose pour votre soirée de fin du monde ?
Eh bien c’est raté, il y a couvre-feu, couvre-joie, couvre-plaisir, couvre-vie !

Courbes exponentielles, défilés d’ex-pères, condamnation des pépères, des filles poly-mères, amours déconfites, promesses vagues de vagues seins, confinement de la population, gouvernement confit en dévotion, ambiances délétères, je m’y perds, je m’y perds

des chiffres des chiffres des chiffres
la mathématique
gouverne nos envies
les algo rythme nos vie

Jouer à bureaux fermés
devant la télé
pour le cinéma : pas de quartier !
le théâtre fin de partie
mise en scène des sanies
apocalypse
dans la zone des neurones

Postillonnez dans l’hygiaphone !
mouchoir en papier jetable
désinfectez les touches de votre portable

Gestes barrières, prenez garde !

Bal masqué, à rési-danse !
Interdit d’interdire d’interdire

les vaincus du vingt heures applaudissent en vain
le libre-arbitre siffle
la fin de la (ré)création
bonjour la délation

Les cons signent,
les autres font font font
de la résilience
de la résistance

Si le risque Zorro est de retour
Vade retro corona vaut le détour

On nous refait le coup du Bon Pasteur
parabole fariboles
ras-le-bol

Si tousser dans son coude relève du yoga paléolithique, lire Gandebeuf relève d’une pathologie salutaire à défaut d’une posologie sanitaire.

Le poète vous invite à prendre le maquis
Si, si ! Et boire du vin du pays !

Vous n’êtes pas convaincu ?
Le poète s’en lave les mains. Au gel hydro-alcoolique.

Alain DANTINNE